Forage de Noville par Petrosvibri


Présentation sommaire

La société Petrosvibri est une société suisse détenue par Gaznat SA et Holdigaz SA, sociétés assurant l’approvisionnement, le transport et la distribution du gaz naturel en Suisse occidentale. Genève, Lausanne, Vevey et Montreux, ainsi que d'autres villes et régions étant actionnaires de ces sociétés, la société Petrosvibri est majoritairement en main publique. Elle a déposé en novembre 2008 une demande d’autorisation de forage exploratoire sous le lac Léman auprès de la commune de Noville. Le forage a commencé en 2009 et s’est terminé en août 2010 : d’une longueur de 4'298 m il descend en biais sous le lac à une profondeur de 3'525 m.

petrosvibri.jpg Noville.jpg
Source : Petrosvibri Plateforme de Noville : la réserve naturelle des Grangettes est entre le lac et le site...


Le 28 septembre 2011, une année après la fin des travaux et 21 jours après la décision d'un moratoire vaudois sur le gaz de schiste, Petrosvibri a annoncé la présence de « gaz piégé » ou de "gaz serré" (il faut comprendre « gaz de réservoir compact » ou « tight gas » dont l’exploitation implique une fracturation de la roche qui le contient) à trois niveaux géologiques différents et l’étude d’un programme des travaux à entreprendre.
 
Bien que disposant de la plateforme la plus moderne d’Europe et bien qu’il ait eut lieu dans un pays reconnu pour son sérieux sur le plan environnemental, on a pourtant constaté quelques « difficultés » pour le forage (train de tiges coincé et libéré à l'explosif) et quelques bugs dans le traitement des boues de forage. Diaporama réalisé à ce sujet par F. Lienhard
En 2014, le permis d'étude en surface attribué à Petrosvibri a été renouvelé jusqu'en 2016. 

En 2010, Petrosvibri a par ailleurs largement subventionné la création d’une chaire à l’EPFL dédiée à l’étude du stockage souterrain du CO2 (2.5 millions). En décembre 2014, c'est Gaznat qui finance deux nouvelles chaires à l'EPFL dédiées au captage, au stockage et à la valorisation du CO2 mais aussi à l'étude des "opportunités et des potentiels liés à la technologie de la fracturation hydraulique".

Le 3 mars 2015, un collectif citoyen "Hydrocarbures : Halte aux Forages Vaud" s'est constitué à Thierrens. Une pétition est lancée, demandant aux autorités d'interdire toute exploration ou exploitation d'hydrocarbures dans le canton de Vaud. En septembre 2015, la pétition est remise au Grand Conseil avec 14'475 signatures, en février 2016 elle est renvoyée au Conseil d'Etat.

 

Noville_Gisement_Sommet.jpg Noville-Plan_Forage_PM.jpg
Emplacement hypothétique du centre du gisement sous le lac
Source : Petrosvibri
Plan de forage 
Source : Petrosvibri

(Cliquez sur les images pour les voir en plus grand)

Trois niveaux géologiques étaient susceptibles de contenir du gaz naturel : à droite ci-dessus ils sont entourés d'un cercle rouge. Un serie de tests étaient prévus à ces niveaux (avec fracking ?...). Ils semblent qu'ils aient été positifs puisque Petrosvibri annonce en 2011 la présence de 3 niveaux de gisement de tight gas.


Historique détaillé

Articles de presse, documents officiels, informations diverses, présentés chronologiquement.

 

24 mai 2016

Réponse du Conseil d'Etat à l'interpellation de Martial de Montmollin : video point 16

Le Matin : "Députés ulcérés par l'interdiction d'une manif"

24 heures : "Le Conseil d'Etat goûte peu l'ironie du syndic"

18 mai 2016

24 heures : "Le syndic décline la médiation de la préfète"

16 mai 2016

Communiqué de presse de Damaris Lütolf Awad et du porte-parole du Collectif Halte aux Forages Vaud. La marche sur Noville "Pas de forage au bord du rivage" est reportée au 3 septembre 2016.

3 mai 2016

Interpellation de Martial de Montmollin au nom du groupe des Verts.

29 avril 2016

Communiqué de presse des Verts Vaudois : "Des droits populaires bafoués". Les Verts vaudois interpelleront le Conseil d'Etat mardi 2 mai lors de la prochaine séance du Grand Conseil.

Nouvo sur facebook : un clin d'oeil en vidéo qui fait le bzzzzzz

2016-04-29-Karlen-Nouvo.jpg

28 avril 2016

RTS Couleurs locales : Le syndic de Noville s'oppose à une manifestation contre les forages prévus.

27 avril 2016

Le Courrier : "Une marche antiforages interdite à Noville", par Mario Togni

24Heures : "Noville coupe les gaz à une manifestation" par Christophe Boillat. Lire le commentaire posté au bas de l'article....

25 avril 2016

affiche-report.jpg

   

Le syndic de Noville s'oppose à la MARCHE SUR NOVILLE prévue pour le 8 mai 2016.

Communiqué de presse du collectif Halte aux forages Vaud

Lire les deux lettres du syndic de Noville...

 

9 février 2016

Le postulat Induni « Stop aux recherches d’hydrocarbures » et la pétition « NON aux explorations et exploitations d’hydrocarbures dans le Canton de Vaud » sont à l’ordre du jour du Grand Conseil. L’enregistrement video de la séance et des débats (points 27 et 28) peut être visionné depuis ce lien.

Sur recommandation des commissions concernées (voir les rapports ci-dessous), le postulat comme la pétition sont renvoyé au Conseil d’Etat, qui s’engage à produire un rapport sur le thème. Ce rapport tiendra aussi compte des travaux engagés au niveau fédéral ainsi que du projet de loi en cours d’élaboration.

Jacqueline de Quattro défend le droit des générations futures à connaître dès maintenant les ressources du sous-sol vaudois. Pour le moment, il n’est pas question de l’exploiter : la technologie nécessaire étant bloquée par le moratoire décidé en 2011.
On peut s’étonner qu’en période d’urgence climatique, le Conseil d’Etat trouve évident que les 3 compagnies disposant d’une concession sur le canton (SEAG, Petrosvibri et Schuepbach) investissent des sommes conséquentes (30 M à Noville) pour une meilleure connaissance scientifique du sous-sol vaudois à l’avantage des « générations futures »… L’argument pour autoriser les explorations a de la peine à convaincre.
 

11 janvier 2016

Rapport de la commission chargée d’examiner la motion Valérie Induni « Stop aux recherches d’hydrocarbures »
Jacqueline de Quattro et deux représentants de la DGE ont participé à cette commission qui a par ailleurs auditionné le porte-parole du collectif Halte aux forages Vaud, Daniel Süri.

La conseillère d’État considère que le moratoire actuellement en vigueur est approprié car il permet de suivre l’évolution des connaissances et des techniques. Elle considère que l’approvisionnement énergétique en gaz naturel doit être assuré et constitue une solution transitoire importante.
Daniel Süri considère que les projets d’exploration dans le Gros-de-Vaud ne peuvent être justifiés comme travaux scientifiques. Ils s’inscrivent dans un projet de rentabilisation des capitaux investis et impliquent une exploitation si elle est estimée profitable.
Les services de l’État sont confiants dans les moyens à disposition pour contrôler les technologies d’exploration et d’exploitation. Une nouvelle loi est en préparation.

Avec l’accord de la motionnaire, la motion est transformée en postulat. Sans opposition, la commission recommande au Grand Conseil de la renvoyer au Conseil d’État.
 

4 janvier 2016

Rapport de la commission des pétitions : à l’unanimité des membres, la commission recommande au Grand Conseil de prendre en considération cette pétition et de la renvoyer au Conseil d’Etat.

La commission a entendu 3 représentants du collectif Halte aux forages Vaud, ainsi que des représentants de la DTE/DGE. Le rapport reprend et développe les différents éléments de la pétition et de l’argumentaire du collectif. Le rapport, dans un second temps, informe aussi sur les déclarations des représentants de l’Etat :
- il y a actuellement 3 permis de recherche en cours dans le canton : Noville, Gros-de-Vaud et la Côte. Ils concernent des projets d’exploration pour des hydrocarbures conventionnels et non conventionnels
- les techniques de fracturation ont beaucoup évolué depuis les années 50-60, mais elles restent porteuses de risques sismiques et environnementaux
- le cadre légal actuel doit être entièrement redéfini avec un projet de loi dont le Grand Conseil devrait être saisi courant 2016.
 

5 novembre 2015

La commission des pétitions du Grand Conseil vaudois reçoit 3 représentants du collectif Hydrocarbures - Halte aux forages Vaud pour défendre sa pétition.
 

29 septembre 2015

2015-09-29-PalaisRumine2.jpg

Le collectif Hydrocarbures - Halte aux forages Vaud a remis les 14'475 signatures de la pétition "NON aux explorations et exploitations d'hydrocarbures dans le Canton de Vaud" au Palais de Rumine.

En savoir plus...

8 septembre 2015

Grand Conseil Vaudois :

Question orale d'Olivier Epars sur l'avancée de la rédaction d'une nouvelle loi sur les hydrocarbures et les mines : Jacqueline de Quattro annonce que le projet est déjà réalisé, qu'il tient compte des différents usages du sous-sol (matières premières, géothermie et stockage), qu'il est en examen et sera bientôt soumis au Grand Conseil.

 Valérie Induni, députée socialiste de Cossonay, dépose une motion "Stop aux recherches d'hydrocarbures"
 

Juillet 2015

Moins! : Des citoyens et citoyennes s'unissent contre les forages dans le canton de Vaud, par Daniel Süri, porte-parole du collectif ditoyen "Hydrocarbures : Halte aux forages Vaud".
 

13 juin 2015

24 Heures : "Coup de chaleur sur le marché du gaz naturel" et "Une nouvelle guerre froide énergétique" par Jean-Marc Corset
 

20 mai 2015

La Liberté et Le Courrier : "Les opposants haussent le ton" par Mario Togni
 

18 mai 2015

Communiqué de presse du Collectif Hydrocarbures - Halte aux forages Vaud  "Détruire le climat et menacer notre eau potable est amoral"
 

10 mai 2015

Le Matin Dimanche : "Connaître nos réserves en gaz naturel est un devoir moral"
Interview de Philippe Petitpierre, président de Holdigaz. 

26 avril 2015

Le Dauphiné : "Ils ne veulent pas de gaz de schiste, ni en France ni en Suisse"
Compte rendu de l'assemblée générale du collectif Non au gaz de schiste Pays de Savoie et de l'Ain à laquelle ont participé des représentants du collectif Halte aux forages Vaud. Les deux collectifs vont désormais naviguer ensemble !
 

15 avril 2015

Le Régional : ""Gaz à Noville : sous-sol sous haute surveillance" par Priska Hess
Le document en lien regroupe l'article "papier" et  l'édition en ligne qui est plus complète.
 

18 mars 2015

Réponse du Conseil d'Etat à l'interpellation déposée en octobre 2014 par Oliver Epars : "Cela sent de plus en plus le gaz dans ce canton !"

Réponse du Conseil d'Etat à l'interpellation déposée en octobre 2014 par Michel Collet : "Gaz, moratoire ou passoire?"

Le Conseil d'Etat conforte son opposition à l'exploitation du gaz de schiste mais montre son intérêt pour une exploitation "propre" des ressources en gaz non conventionnels : une position pour le moins "grand écart", voire schizophrénique !
Le gaz de schiste n'est en soi pas plus inquiétant que le gaz naturel conventionnel puisque c'est la même chose ! Par contre ce qui inquiète avec le gaz de schiste et qui a justifié le moratoire  sur son exploration et son exploitation,  c'est la technique d'exploitation : la fracturation hydraulique ou "fracking", dite aussi "stimulation de la roche".

Ajoutons que lorsque le Conseil d'Etat se laisse aller à donner des informations techniques, il ajoute malheureusement de la confusion : en savoir plus...

Concession-Vaud-2015-03-pm.jpg

Concessions dans le canton de Vaud Mars 2015



3 mars 2015

Le collectif "Hydrocarbures : Halte aux Forages Vaud" s'est constitué à Thierrens  le 3 mars 2015 par approbation à l'unanimité des participants (plus de 50 personnes), du nom du collectif et d'une charte. Le texte d'une pétition adressée aux autorités cantonales a aussi été accepté à l'unanimité.
Communiqué de presse

 

13 février 2015

Conférence de Philippe Petitpierre : « Les gaz de schistes : opportunité énergétique ou risque social ? » à Morges, au programme de Connaissance 3.
Le message transmis à l'auditoire : les ressources en hydrocarbures non conventionnelles sont une chance pour notre pays et la technique de fracturation est actuellement parfaitement maîtrisée : elle ne doit plus faire peur. Les mauvaises pratiques de petites entreprises aux USA ont malheureusement jeté le discrédit sur cette belle et efficace technologie…
On a regretté dans la salle que le message soit aussi orienté. Il serait bon que Connaissance 3 propose une conférence qui présente d’autres points de vue…
 

Décembre 2014
 
Gaznat (société majoritairement en mains publiques) finance la création de deux nouvelles chaires à l'EPFL :
1. Captage du CO2 et valorisation sous forme de produits dérivés
2. Stockage géologique du CO2, développement des connaissances du sous-sol suisse, étude des opportunités et des potentiels liés à la technologie de la fracturation hydraulique et de la géothermie.
 

28 octobre 2014

Déposition d’une interpellation par Olivier Epars « Cela sent de plus en plus le gaz dans ce canton ! »
Le renouvellement du permis de surface de Petrosvibri à Noville vient d’être donné pour deux ans : qu'est-ce-que cela veut dire ?
 

10 octobre 2014

Table ronde à l’EPFL sur la fracturation hyraulique : video accessible sur cette page
Les opposants à la fracturation hydraulique sont malheureusement absents, l’information très sommaire.

6 mai 2014

Le Grand Conseil Vaudois vote une détermination encourageant le Conseil d'Etat à étendre le moratoire sur les gaz de schiste à tous les gaz non conventionnels. Elle a été acceptée "avec de nombreuses abstentions et avis contraires".
 


5 mars 2014

Réponse du Conseil d'Etat à l’interpellation d’Olivier Epars « Gaz conventionnel aux Grangettes, deux poids, deux mesures ? » déposée en novembre 2013.
Petrosvibri dispose d’un permis de recherche en surface délivré le 14 septembre 2012 valable jusqu’au 31 août 2014. La valorisation de ressources de gaz indigène serait plus conforme à la stratégie énergétique de la Confédération : meilleur autonomie et diminution des nuisances liées au transport du gaz.


Décembre 2013

Lémaniques No 90 : « Non, l’ASL n’est pas favorable à l’exploitation du gaz de schiste ! »
L’ASL n’est pas favorable au gaz de schiste mais veut informer « sur la base de données scientifiques ». De nouveaux articles apportent quelques nuances…


Septembre 2013

Lémaniques No 89 : « Léman et gaz de schiste : un souci infondé »
Le Bulletin de l’association pour la sauvegarde du Léman (ASL) par son éditorial et les articles qu’il introduit porte le message suivant :« L’exploitation des gaz de schiste ne sont plus à craindre si des règles très strictes sont respectées ». La fracturation ne doit pas être interdite mais réglementée.


19 mai 2013

Bilan : Ce trésor qui repose sous le Léman
Cet article fait un état de la situation à Noville mais aussi dans l'ensemble de la Suisse.


5 juillet 2013

24 Heures « La recherche de gaz se poursuit à Noville »
Annonce d’investigations par Petrosvibri depuis la surface (coût 10 millions).
Un trépied doit être installé début 2014 duquel sera envoyé un cable de 4 km muni à son extrémité d’appareils de mesures intelligentes.
 

16 mai 2013

Réponse de la Municipalité de Lausanne  à l’interpellation d’Hadrien Buclin : « Des forages par hydrofracturation dans le lac Léman cautionné par la Ville ? »

La municipalité ne confirme pas que l’exploitation se fera par hydrofracturation, considérant que ces informations sont confidentielles. Elle n’a pas connaissance que le projet d'exploration comporte des risques environnementaux avérés !

 

6 septembre 2012

Réponse de la Municipalité de Vevey aux interrogations du Conseil communal concernant les investigations de Petrosvibri à Novile.

La municipalité affirme que le gaz trouvé à Noville est du gaz conventionnel et qu’il n’est pas question d’exploiter le gaz de schiste… Malgré cela, elle prétend que l’exploitation des gaz de schistes se fera à l’avenir sans faire recours à des produits chimiques et que les ressources en Europe couvriront les besoins en énergie pendant 200 ans…
 

27 juin 2012

Réponse du Conseil d'Etat vaudois à  l’interpellation d’Olivier Epars concernant le gaz de schiste trans-lémanique. Elle donne des précisions sur les circonstances dans lesquelles l’autorisation du forage d’exploration a été donnée.
 

4 avril 2012

Réponse du Conseil d’Etat Genevois à la question posée le 16 mars par le député François Lefort : « Le Conseil d’Etat sait-il qu’il participe à l’exploration de gaz et huile de schistes en Suisse et en France ? ».

Le Conseil d’Etat confirme les participations de l’Etat à Petrosvibri mais prétend qu’il n’est pas question que l’exploitation du gisement mis en évidence sous le lac Léman puisse se faire de façon « non conventionnelle ». Apparemment le Conseil d’Etat est mal informé… et ne sait pas que gaz de schiste et gaz serré s’exploitent avec les mêmes techniques.
 

1er octobre 2011

24 Heures « Le gaz sous le Léman ne serait pas schisteux »
Des échantillons des roches contenant du « gaz serré », présentes sous le lac Léman à plus de 2,5 km de profondeur, ont été déposés au Musée de géologie (en août 2011). S’ils révélaient la présence de gaz de schiste, l’autorisation d’exploiter serait refusée. Ph. Petitpierre est confiant dans l’avis des experts déjà consultés qui attestent de la présence de « tight gas ».
Ph. Petitpierre reconnaît que du gaz de schiste a aussi été identifié mais plus près de la surface.


28 septembre 2011

Communiqué de presse de Petrosvibri : du gaz naturel a été détecté dans 3 niveaux géologiques (horizon géologique), il s’agit chaque fois de « gaz piégé ».
Des études complémentaires doivent être encore réalisées. Elles doivent être définies et budgétées.


7 septembre 2011

Instauration d'un moratoire sur l'exploration et l'exploitation de gaz de schiste.
Réponse du Conseil d’Etat vaudois
 à l’interpellation de Vassilis Venizelos du 12 avril 2011 « Gaz de schiste dans le canton de Vaud : nouvel Eldorado ? »
A cette occasion, le Conseil d’Etat annonce sa décision de ne plus donner suite à toute demande de permis de recherche concernant les gaz de schiste. Il communique cette décision le lendemain aux bénéficiaires de permis de recherches pétrolières accordés dans le canton.
Il répond de plus et en détail aux différentes questions de l’interpellation donnant ainsi par ce document un état des lieux sur le problème des gaz de schiste pour le canton de Vaud.


20 février 2011

Le Matin : « Schiste . il y a de l’eau dans le gaz ! » 
Werner Leu ne craint pas alors d’affirmer ses convictions « Il y a un grand potentiel pour le gaz de schiste en Suisse », et à propos de Noville il déclare « «A Noville, le but premier est le gaz conventionnel, mais des mesures pour le gaz de schiste ont aussi été effectuées, note‑t-il. Nous avons fait des tests en décembre, que nous évaluons actuellement. L’extraction de gaz de schiste est une possibilité, mais c’est peu probable.». Par contre Philippe Petitpierre nie tout intérêt pour le gaz de schiste : « Non, nous nous intéressons au gaz conventionnel présent à de grandes profondeurs ».


Décembre 2010

Démantèlement des installations de surface excepté la tête de forage et la surface étanchéifiée.


Août 2010

Fin du forage.
Le puits a été foré verticalement jusqu’à 400m, puis obliquement à 45 degrés. Lorsque le puits a atteint 4'000 de long, le train de tige s’est coincé : « même une force énorme de 350 tonnes s’est avérée insuffisante ». Il  a fallu utiliser 2 charges d’explosifs qui ont été déclenchées en profondeur. L’angle de forage a ensuite été légèrement modifié (Gazorama 2010-4).

5 mai 2010

Communiqué de presse de Petrosvibri : une nouvelle chaire est créée à l’EPFL grâce à un financement de Petrosvibri de 2,5 millions. Cette chaire devrait être opérationnelle en 2011 et sera consacrée à l’étude du stockage souterrain à long terme du CO2.


16 décembre 2009

Le Conseil d’Etat délivre à Petrosvibri le permis d’exploration profonde à Noville pour la recherche d’hydrocarbures (gaz et huile). L’accord de la France et du canton du Valais ont été donné antérieurement à l’entreprise.
 

Septembre 2009 ?

Présentation du projet à la population de Noville par Philippe Petitpierre. A noter qu'à cette époque personne ne s'inquiétait de stimulation ou de fracturation et que le conférencier n'a pas évité d'en annoncer l'usage pour les tests de production prévus au fond du puits (p 7 et 9). Ces tests sont d'ailleurs aussi cités sur le plan de forage encore affiché sur le site de Noville.
 

Mai 2009

Swissinfo : Pro Natura lève son opposition au projet de Noville après avoir reçu l’assurance d’un suivi environnemental particulier.


Novembre-décembre 2008

Le projet d’exploration profonde est mis à l’enquête publique à Noville avec le rapport d’impact

.